Claude Forest

Comme beaucoup d'artistes depuis le XIXe siècle, Claude Forest utilise la photographie. Grâce à l'appareil numérique associé au videoprojecteur, il en extrait un dessin qu'il modifie et arrange par la suite en fonction du projet. Mais ce n'est qu'un point de départ, démarche commune à nombre d'artistes contemporains dont Philippe Cognée et Djamel Tatah par exemple. Après, tout reste à faire, chacun son chemin et c'est le plus difficile.

Claude Forest procède par séries. En 2011 il exposait cent variantes sur la Sainte-Victoire à partir d'un tableau référence dont il gardait certains éléments de la structure et faisait varier les autres, à savoir les plans, les couleurs, les graphismes.

Mais contrairement aux artistes de l' « anticomposition », il n'en confiait pas la construction à un dispositif contraignant logique ou mécanique, ni au déterminisme du hasard (les pliages de Simon Hantaï ou les bacs à couleurs de Bernard Frize ne sauraient lui convenir).

« Une chose après l'autre » dit Donald Judd évoquant la série comme une chaine de montage strictement réglée. Claude Forest énonce une formule similaire, « chaque étape détermine la suite », mais c'est pour souligner l'émergence à chaque instant d'une incertitude, d'un obstacle, d'un aléa, qui supposent choix et invention. Autre conception de la liberté de l'artiste qui le situe à l'opposé d'Andy Warhol déclarant : « Je veux être une machine ».

Michel DUPART
Avril 2014

Consultez sa brochure :

http://www.flipsnack.com/hangart/fume1qll
Galerie d’Art Contemporain Le Hangart - Z.I Pont de Lorgues 83300 Draguignan - Tel : 04 94 50 14 50 - Tous droits réservés
Art Contemporain - Galerie d’art - Expositions - Objet d’art - Lithographie - Peintures - Sculptures